mardi 9 mars 2010

Les musiques du monde a l'autre bout du monde

{Adelaide}

womadelaide

Salut tout le monde

Je suis donc arrive a Adelaide. Je me reveille le Vendredi, profite du petit dej' offert par l'hotel. Une bonne douche chaude plus tard (he oui, je n'ai que des douches froides ou des baignades dans des creeks depuis un mois), je descend dans la rue juste au moment ou un contractuel met des PVs. Comme j'etait gare en zone interdite, je bouge vite fait mon 4x4. Comble de la malchance, j'accroche un peu le van de deux allemands en faisant mon creneau. Je leur promet de payer la reparation dans la journee. Apres m'en etre occupe, je me gare encore une fois dans un petit quartier residentiel ou le stationnement est gratuit pour pas me faire remarquer. Le reste de la journee, je m'occupe de plusieurs choses, notament de la garantie de mon appareil-photo. Ensuite je vais me balader en ville.
Adelaide est, comme les australiens aiment l'appeller, une big-town city, pour signifier quelle ressemble plus a un gros bourg qu'a une vraie ville. En effet, les gratte-ciels etincellants caracteristique des villes australiennes sont aux abonnes absent. La city forme une parfait carre et est entouree de parcs. La ville se vante d'etre la capitale des arts et de la culture. Cela est vrai dans un certain sens. Un nombre impressionnant de festivals viennent s'ajouter au WOMADelaide, notament le Fringe Festival. Aussi, dans Rundle Mall jouent plusieurs troupes de spectacle de rue tous les soirs, et il y a apparament un nombre impressionant de galeries d'art. Mais tout cela reste ce que j'appelle de la culture politise, car pour la plupart, c'est organise par la ville ou sponsorise par quelques puissantes societes. En me promenant dans Hindley Street, la rue reputee pour sa vie nocturne, je n'ai pas du tout senti ce que j'ai pu sentir a Melbourne, ou a Byron Bay. Ce sont des pokies (bar a poker), des clubs ou des pub' classiques. Bref, on ne sent pas d'effervessence artistique "spontanee". Il existe surement des bars sympa ou les artistes se retrouvent, mais ce n'est pas aussi evident qu'a Melbourne. La preuve, je ne les ai pas trouve.
Le soir, j'allais jusqu'au lieu du festival jetter un coup d'oeil. Mais j'en avais deja plein les pattes et il s'est mis a pleuvoir. La pluie a le don de me mettre de mauvaise humeur, specialement quand je suis a des milliers de kilometres de la Bretagne dans le South Australia, repute pour etre "the driest state in the driest country" ( l'etat le plus sec du pays le plus sec du monde ). Je suis donc vite rentre me coucher.

Adelaide    cannonst

 

adelaidecafe      festistate

 

hindleystreetpokies     rundlemallartists

 

Le lendemain apres midi, je me dirige a l'entree du festival. Le temps est toujours maussade, mais il ne fait pas froid. Une fois les invitations recuperee (un grand merci aux Babylon Circus !), j'entre sur le site, et comme on me l'avait dit, c'est gigantesque. Je marche a droite et a gauche voir les differentes scenes. L'ambiance est tres differente du genre de festivals auxquels j'ai l'habitude d'aller en France. Ce n'est pas un festival associatif fait par des jeunes et pour des jeunes. Non, c'est une grosse organisation qui organise des WOMAD partout dans le monde et qui s'adresse a tous les publics. Les "seniors" avec leur parasol (qui sert de parapluie) et leur petit banc portable remplacent les hordes de jeunes alcoolises. Un nombre impressionant de gamins avec les parents qui les surveillent tant bien que mal. Bref, certainement pas un endroit pour se defoncer et ecouter des musiques endiablees, et c'est pas plus mal comme ca. En revanche, pas facile de nouer des contacts avec les autres festivaliers (un des avantages de l'alcool, peut etre). Je passerai donc un bon moment seul. Puis il a commence a pleuvoir, de plus en plus fort, alors je suis alle sous une des seules tentes du festival, celle des the chai, ou se pressaient deja beaucoup de monde. C'est sous cette tente que je vois passer devant moi Seiji, un japonnais-australien rencontre a Byron Bay par le biais d'Antoine. Quelle surprise de le retrouver la, au milieu de 5000 personnes !
Plus tard arrive l'heure des Babylon Circus de jouer. Ils ont pete le feu et on vraiment mis de l'ambiance. Ils avaient deja conquis un petit noyeau de fans lors de leur dernier passage en Australie, et j'ai meme reussi a lance un "une autre" general, qui les a bien surpris.

womad1

 

babylon      lineup

 

Mais c'est le lendemain que j'ai pu leur parler un peu plus apres le concert, et rencontrer par la meme occasion Clara et Gilles-Yann, deux francais en demi-tour du monde. Soiree sympatique, mais je rentrerais plus tot, fatigue par le rythme infernal de ce festival. En effet, les bon groupes sont legions, et, bien qu'ils jouent deux fois chacun, on se retrouve tres vite a enchainer les concerts, et comme il y a plusieurs scenes, je ne vous dis pas l'etat des jambes apres 3h. Mais j'ai pu revoir les Skatalites, qui commencent a etre un peu fatigues, mais aussi Eliades Ochoa, le dernier survivant du Buena Vista Social Club (mythique), ainsi que le legendaire Ravi Shankar et sa fille Anoushka. Pour ceux qui ne le connaissent pas, il est considere comme le meilleur joueur de sitar du monde, et a notament enregistre les influences orientales sur certains morceaux des Beatles. C'etait un concert assis, et ils ont emmene les esprits des 2000 personnes assises devant eux dans une reverie merveilleuse avec un seul morceau qui a dure une heure, en totale improvisation ! J'ai aussi decouvert un groupe de Melbourne, appelle VulgarGrad, qui joue des vieilles chansons de voleurs russes. Mais le meilleur, c'était bien le dernier groupe de cloture, les Yamato - Drummers of Japan, des percussionistes japonais, un peu à la tambours du bronx, mais d'une qualité et surtout d'une précision incroyable. Si vous avez l'occasion de les voir, ne les loupez pas, peu importe le prix, il s valent le détour !

ravishankar    anoushka

 

 

 

Posté par MetaNomad à 11:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Les musiques du monde a l'autre bout du monde

Nouveau commentaire